Réactualisé le 13/12/2013

Soutenez le seul programme de développement de médicament français anti-Alzheimer.

 

Les faits en deux mots:

- Une petite entreprise de biotechnologie, nommée AlzProtect, développe un brevet Inserm.

- Ce brevet Inserm protège un médicament potentiel dirigé contre la maladie d'Alzheimer, mais également avec un effet curatif possible vers la Dégénérescence Fronto-temporale et la Maladie de Parkinson.

- La société AlzProtect mène le développement du médicament potentiel pour aboutir, au final, à un test sur l'homme. La préclinique règlementaire est terminée. La procédure pour obtenir l'autorisation de faire un essai clinique sur l'homme est entamée. Le dossier complet devrait être déposé fin Janvier 2014. Il s'agit d'un dossier IMPD (Investigational Medicinal Product Dossier) déposé auprés de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). La phase I et II sur l'homme suivront dans la foulée, si les financements sont trouvés.

- Il s'agit du seul programme français concernant un traitement curatif et préventif de la maladie d'Alzheimer, les programmes des "big pharmas" françaises et internationales n'ayant pas abouti.

 

 

Comment soutenir:

1) En achetant des actions AlzProtect, à l'occasion des levées de fond.

- Il s'agit de trouver le financement pour effectuer les tests de phases I et II sur l'homme, afin de passer du "médicament -candidat" au médicament effectif..

- Investir dans cette société vous permettra un retour sur investissement gratifiant au fur et à mesure des étapes de validation du médicament ( 1- défiscalisation immédiate ; 2- augmentation de la valeur de l'action au fur et à mesure des étapes franchies victorieusement).

Pour ce faire, contactez la société via son site AlzProtect.

2) En répercutant cette information,

dans la mesure où ce projet reste méconnu, aussi bien au niveau du programme Sarkozy (2012/2013), de France-Alzheimer que des médias.

Aidez cette société fondée par des chercheurs académiques, qui a uniquement un objectif médical évident, attendu, de pouvoir tester leur candidat-médicament. Seul l'essai clinique sur l'homme peut apporter la preuve du bien fondé de la stratégie de ces chercheurs de l'Inserm et de l'Université de Lille II, basé sur des études directes du développement de la maladie dans le cerveau humain.

Etant donné les régulations et contrôles imposés par l'ANSM, ce qui peut se comprendre, le coût de l'essai clinique est faramineux (10 millions d'euros pour arriver jusque la phase II), le statut actuel de la société AlzProtect est celui de la survie, le nez juste au dessus de niveau de l'eau.

Toute aide, sous quelque forme que ce soit, peut être considéré comme un geste civique, philantrophique, une participation au combat contre cette maladie d'Alzheimer si redoutée, mais si peu combattue sérieusement.

 

Pour ce faire, prendre contact avec la société.

Pour en savoir plus: voir le site AlzProtect

 

rem: phase 1: test de toxicité et de tolérance sur volontaires sains

phase 2: test d'efficacité sur les patients Alzheimer