Paralysie supranucléaire progressive (PSP) 27/10/08

(maladie de Steele-Richardson-Olszewski) ou PSP

Association PSP France

Maladie neurodégénérative rare, bien  décrite pour la première fois comme entité nosologique spécifique par Steele, Richardson et Olszewski en 1964. Appelée maladie de Steele, Richardson, Olszewski en France.

La PSP se déclare en général entre 45 et 75 ans, en moyenne à 62 ans.

Il s'agit d'une dégénérescence qui touche les noyaux profonds (noyaux occulo-moteurs situés dans le tronc cérébral, puis le striatum, la substance noire, parfois le cervelet, puis enfin le néocortex et surtout les régions frontales motrices (aire de Brodmann 4).

Les signes cliniques les plus caractéristiques sont en rapport avec l'atteinte de ces régions sous-corticales et corticales: 1) syndrome de rigidité axiale avec perturbation des automatismes occulo-palpébraux (syndrome oculomoteur avec ophtalmoplégie supra-nucléaire), dystonie en extension de la nuque 2) dysarthrie et dysphagie pseudo-bulbaire 3) perte du contrôle volontaire des mouvements oculaires 4) une démence s'installe progressivement, qualifiée de fronto-sous-corticale. Elle est caractérisée par une diminution de la fluence verbale et du langage élaboré, par une apraxie constructive et un déficit neuropsychologique de type frontal (persévération, difficultés de changement de programme, fragmentation visuelle, comportement de préhension, d'utilisation, d'imitation.

A noter: tremblement discret ou absent, chutes fréquentes ou troubles précoces de l'équilibre, jamais de syndrome cérébelleux précoce ou majeur, de polyneuropathie inexpliquée, de dysautonomie autre qu'une hypertension orthostatique.

  • NEUROPATHOLOGIE:

  • La dégénérescence neurofibrillaire (DNF) sous-corticale et corticale est caractérisée par l'accumulation de neurofibrilles intra-neuronales.

  • La DNF affecte également les astrocytes pour former les "glial tangles" et les plaques astrocytaires. La technique de Gallyas (imprégnation argentique optimale pour la DNF) révèle des plaques astrocytaires en étoile, alors que pour la CBD, le marquage est plutôt en couronne.

  • La DNF est révélée par les techniques d'impregnation argentique, et par les anticorps anti-protéine tau.

  • A l'échelle de la microscopie électronique, les filaments anormaux qui s'accumulent dans les cellules nerveuses sont hélicaux, avec un pas d'hélice de 100 à 150 nm et une largeur de 12 à 15 nm.

  •  BIOCHIMIE:
    La dégénérescence neurofibrillaire résulte de l'agrégation anormale de protéines tau.
    La signature biochimique de la pathologie tau correspond à deux bandes électrophorétiques majeures: le doublet caractéristique de la PSP (trouvé également dans la CBD et les FTDP-17).
    Ces deux protéines tau pathologiques sont nommées Tau 64 et Tau 69.
    Les protéines tau pathologiques sont constituées uniquement des isoformes avec la séquence peptidique encodée par l'exon 10.

    Voir schéma et la cartographie de la tauopathie 4R dans la PSP