Accueil   Journal ADNA

 

Dégénérescence corticobasale 31/03/06

English version: Corticobasal degeneration

mots-clés: myoclonie, dystonie, apraxie de la main gauche, troubles occulomoteurs

Prévalence: 4.0 -7.3 /100.000

Incidence: 0.6-0.9 nouveaux cas pour 100.000 personnes/an

Aspects cliniques:

Il s'agit d'une maladie neurodégénérative relativement rare qui touche essentiellement les régions cérébrales sous-corticales, puis corticales.

Les éléments les plus caractéristiques sont un dysfonctionnement moteur asymétrique (apraxie de la main gauche), une perte sensorielle corticale, et une apraxie sans détérioration intellectuelle à ce stade.

Mais le tableau clinique est souvent voisin de la Paralysie supranucléaire Progressive (PSP ou Maladie de Steele-Richardson-Olszewski): résistance à la L-dopa, tremblement d'attitude, syndrome pseudo-bulbaire avec dysarthrie, dysphagie, troubles oculomoteurs ainsi qu'une démence peuvent être associés.
 

 

La détérioration intellectuelle est associée à l'installation du processus dégénératif dans le cortex associatif (essentiellement le cortex frontal).

Neuropathologie:
 

Il y a une perte neuronale et une gliose. La perte neuronale est marquée dans les régions affectées.

Il y a également des neurones ballonnés, chromatolytiques (ou cellules de Pick, à ne pas confondre avec les corps de Pick). Les neurones achromatiques (qui peuvent être mis en évidence par l’immunohistochimie de l’alpha B cristalline ou des neurofilaments phosphorylés) sont abondants dans les aires corticales touchées où ils sont distribués dans les couches III, V et VI. Ils sont aussi rencontrés dans le gyrus cingulaire, l’insula, l’amygdale temporale et le claustrum. Cette topographie est moins spécifique. L’absence de neurones achromatiques ne doit pas remettre en cause le diagnostic si des accumulations caractéristiques de protéine tau sont présentes.

DNF et pathologie tau: On peut observer une dégénérescence neurofibrillaire dans les noyaux sous corticaux ainsi que dans le cortex, et préférentiellement dans les régions frontales. La DNF affecte également les astrocytes pour former les "glial tangles" et les plaques astrocytaires. La technique de Gallyas (imprégnation argentique optimale pour la DNF) revèle des plaques astrocytaires en étoile pour la PSP (tufted plaques), alors que pour la CBD, le marquage est plutôt en couronne (astroyctic plaques).

 

LES DIFFÉRENTES LÉSIONS DE DNF DANS LA CBD:

      Les fibres tortueuses: L’anticorps anti-tau et la méthode de Gallyas ne mettent pas en évidence de prolongements dans des prélèvements situés à distance des aires affectées, où leur densité est, au contraire, souvent très élevée. L’accumulation de protéine tau se produit principalement dans des prolongements gliaux, contrairement à ce qui est observé dans la maladie d’Alzheimer. Le terme de « filaments du neuropile » (« neuropil threads ») a donc été considéré comme inadapté. (C’est en effet le cas si « neuropile » est réservé au tissu neuronal qui sépare les corps cellulaires et exclut les fibres gliales ; le terme de « fibres tortueuses », utilisé en Français s’applique aussi bien aux fibres gliales que neuronales et ne soulève pas cette difficulté). C’est pourquoi les anglophones utilisent l’expression « thread-like processes ». Il faut cependant souligner que le seul aspect des prolongements ne permet pas de distinguer leur nature gliale ou neuronale – distinction qui nécessite l’utilisation de doubles marquages. Les prolongements sont en général plus courts et plus épais que ceux de la maladie d’Alzheimer.

      La plaque astrocytaire: Il s’agit du groupement en anneau de prolongements, marqués par l’anticorps anti-tau ou la méthode de Gallyas. Leur origine astrocytaire a été affirmée par des doubles marquages. L’aspect pourrait rappeler celui d’une plaque sénile mais le centre de la lésion est dépourvu de dépôt de substance amyloïde. Cette lésion est aujourd’hui considérée comme spécifique de la DCB.

      Les inclusions oligodendrogliales: L'accumulation de protéine tau dans le corps cellulaire de l’oligodendrocyte, sous forme de « corps bobiné » est aussi souvent rencontrée dans la DCB que dans la PSP.

DISTRIBUTION DE LA DNF:

      Dans le cortex cérébral, la protéine tau s’accumule dans le cytoplasme des neurones sous forme diffuse ou granulaire (« pre-DNF »), ou comme d’authentiques DNF, habituellement plus petites et plus denses que les lésions homonymes rencontrées dans la maladie d’Alzheimer. Contrairement à celles-ci, elles ne sont pas mises en évidence par les colorations argentiques (sauf par la méthode de Gallyas). L’aspect peut parfois évoquer celui de corps de Pick. Les accumulations neuronales de la protéine tau sont exclusivement constatées dans les régions affectées. Ce sont en général les neurones des couches superficielles qui sont touchés.

      Dans le tronc cérébral, les DNF ont une forme globoïde identique à celle qui est observée dans la PSP ou dans la maladie d’Alzheimer.

       

      (merci à Charles Duyckaerts pour son aide)
       


Aspects moléculaires:

Le processus dégénératif est similaire à ce qui est observé dans la Paralysie Supranucléaire Progressive. Il s'agit d'une dégénérescence neurofibrillaire, avec accumulation de protéines tau (tauopathie). Le profil biochimique est un doublet de protéines tau (tau 64 et 69), comme dans la PSP ( Buee Scherrer V, Hof PR, Buee L, et al. Hyperphosphorylated tau proteins differentiate corticobasal degeneration and Pick's disease. Acta Neuropathol (Berl) 1996;91:351-359). Ce profil correspond à l'agrégation des isoformes tau avec l'exon 10, c'est à dire avec 4 répétitions (4R) de sites d'interaction avec la tubuline (isoformes 4R) ( Sergeant N, Wattez A, Delacourte A. Neurofibrillary degeneration in progressive supranuclear palsy and corticobasal degeneration: tau pathologies with exclusively "exon 10" isoforms. J Neurochem 1999;72:1243-1249).


 

Littérature:

Hyperphosphorylated tau proteins differentiate corticobasal degeneration and Pick's disease.

Buee Scherrer V, Hof PR, Buee L, Leveugle B, Vermersch P, Perl DP, Olanow CW, Delacourte A

Acta Neuropathol (Berl) 1996;91(4):351-359

In neurodegenerative disorders, hyperphosphorylated tau proteins aggregate into abnormal filaments. In the present study, tau protein alterations were studied in one corticobasal degeneration and seven Pick's disease cases using specific immunological probes. The typical lesions of corticobasal degeneration and Pick's disease were revealed by immunohistochemistry, including the presence of Pick bodies and achromatic swollen neurons, neuritic alterations, and neurofibrillary tangles. Tau-immunoreactive glial tangles were also observed. By immunoblotting, the case of corticobasal degeneration was characterized by the tau profile previously reported to occur in progressive supranuclear palsy with an intense labeling of the two tau 64 and 69 bands, while tau 55 was not visualized. In Pick's disease cases with Pick bodies and neurofibrillary tangles, a tau triplet similar to that encountered in Alzheimer's disease (tau 55, 64 and 69) was detected. Furthermore, a particular tau profile was found in four Pick's disease cases showing only Pick bodies and no neurofibrillary tangles. In these cases, tau 55 and 64 were strongly immunoreactive, whereas tau 69 was almost unlabeled. These differences are likely to be related to particular pools of tau isoforms present within the degenerating neurons. Since there is a great diversity of neurodegenerative disorders with substantial clinical and neuropathological overlap, the electrophoretic profile of tau proteins could represent a useful marker for the type of neurodegeneration.

PMID: 8928611, UI: 96254284


J Neurochem 1999 Mar;72(3):1243-9

Neurofibrillary degeneration in progressive supranuclear palsy and corticobasal degeneration: tau pathologies with exclusively "exon 10" isoforms.

Sergeant N, Wattez A, Delacourte A

INSERM Unite 422, Lille, France.

Pathological tau proteins that constitute the basic matrix of neuronal inclusions observed in numerous neurodegenerative disorders are disease specific. This is mainly the consequence of the aggregation of specific sets of tau isoforms according to the diseases, i.e., six isoforms in Alzheimer's disease (AD) and exclusively the three tau isoforms lacking the corresponding sequence of exon 10 (E10-) in Pick's disease (PiD). By using antibodies specific to the different tau isoforms and one- and two-dimensional gel electrophoresis followed by western blots, we demonstrate herein a third group of neurodegenerative disorders characterized by intraneuronal inclusions exclusively constituted of tau isoforms containing the sequence corresponding to exon 10, progressive supranuclear palsy (PSP) and corticobasal degeneration (CBD). Together, tau isoforms with exon 10 clearly differentiate three groups of neurodegenerative diseases: AD, PiD, and PSP/CBD. For each group, the neuropathological and clinical phenotypes are most likely related to specific sets of tau isoforms expressed by the vulnerable neuronal populations. The recently described mutations of the tau gene responsible for familial frontotemporal dementias also support this hypothesis.


 

 
Livres
 English flag