Accueil Le Laboratoire Maladie d'Alzheimer Autres maladies

Patients / Familles

Nouveau

La Recherche

Lexique

 1.4.1.11 - Démence à grains argyrophiles


La démence à grains argyrophiles (Argyrophilic Grain Disease ou AGD) a été décrite en 1987, observée chez 8 patients atteints de démence d’apparition tardive60. Cliniquement, l’âge d’apparition, la durée d’évolution, les premiers signes cliniques puis l’atteinte cognitive n’ont pas de réelle spécificité et évoquent tantôt une maladie d’Alzheimer, tantôt une maladie de Pick lorsque la maladie débute par des troubles de la personnalité et du comportement, voire une paralysie supranucléaire progressive358. Dans deux des 28 cas rapportés par Braak et Braak, il existait un syndrome parkinsonien61.


La fréquence de l’AGD pourrait être élevée : 4 à 5% des patients déments âgés de plus de 60 ans, 11,7% après 65 ans356. Cette démence est caractérisée par la présence de grains et d’inclusions fusiformes, colorés par les imprégnations argentiques, en particulier par la méthode de Gallyas, situés dans les prolongements nerveux. Ces grains ne seraient pas retrouvés dans les prélèvements cérébraux des patients contrôles de même âge selon Braak61. Cependant, dans une série de prélèvements cérébraux issus d’hommes âgés de 76 à 94 ans, 20 sur 128 comportaient des grains ; 11 parmi ces 20 hommes n’étaient pas déments et seuls deux patients répondaient aux critères de démence à grains argyrophiles pure (les 7 autres ayant des lésions d’origine vasculaire associées)355. Récemment, la fréquence de grains argyrophiles a été établie à 4,9% dans une série de 304 cerveaux prélevés chez des patients déments 522. Aucun de ces patients n’avait moins de 65 ans. Les grains argyrophiles étaient isolés dans 4 cas sur 15, les autres patients ayant une association de grains argyrophiles et de lésions de maladie d’Alzheimer, de maladie des corps de Lewy, de sclérose hippocampique ou de PSP.

Sur les colorations argentiques, les grains s’associent parfois mais pas obligatoirement à d’autres lésions argyrophiles, les « coiled bodies » (correspondant à des inclusions oligodendrogliales), ainsi qu’à des dégénérescences neurofibrillaires et à des plaques neuritiques 61, 261. De ce fait, les cas d’AGD seraient plus facilement identifiés chez des patients ayant des lésions neurofibrillaires de type Alzheimer de stade inférieur ou égal à III selon la classification de Braak356. Les grains ne sont pas présents dans la totalité des aires cérébrales : ils affectent principalement les couches pre-a (II) et pre-b (III) du cortex entorhinal, le cortex périrhinal, le secteur CA1 de la couche des cellules pyramidales de l’hippocampe l’amygdale basolatérale, la partie antérieure de l’insula, la portion tubérale latérale de l’hypothalamus et la couche III de l’isocortex temporal médiobasal, dans une moindre mesure la substance grise périaqueducale, le raphe antérieur, le locus ceruleus et le noyau dorsal du nerf vague. En l’absence d’autre cause de démence, la partie postérieure de CA1 serait peu atteinte chez les patients non déments, elle serait sévèrement touchée chez les patients déments524. La densité des grains dans la partie antérieure de CA1 et dans les autres zones de la région hippocampique serait plus élevée chez les patients déments. La présence de neurones ballonisés, immunoréactifs pour l’aB-cristalline, protéine partiellement homologue aux protéines de choc thermique de type hsp 20-30, serait constante dans l’amygdale, les régions et paralimbiques526. Les neurones ballonisés et les « coiled bodies » ne seraient pas spécifiques de l’AGD522.


Dans les prélèvements de cerveau de patients atteints d’AGD, les grains prédomineraient dans le compartiment dendritique des neurones lésés261. Ils correspondent en microscopie électronique à des agrégats de filaments droits de 9 à 18 nm de diamètre267, ou à des faisceaux de tubules de 25 nm de diamètre, mais sans PHF261. Ces différentes inclusions sont majoritairement constituées de protéines Tau hyperphosphorylées525. Les anticorps anti-protéine Tau ont également mis en évidence, dans l’amygdale et le cortex entorhinal de patients atteints d’AGD, une immunoréactivité diffuse sans formation d’agrégats argyrophiles58. Ces protéines Tau sont accumulées dans le cytoplasme d’astrocytes. L’immunoréactivité est différente de celle des plaques astrocytiques décrites dans la dégénérescence corticobasale et des « tufted astrocytes » de la PSP : le cytoplasme est diffusément marqué dans l’AGD, contrairement à la DCB et à la PSP où seule l’extrémité des ramifications astrocytaires est immunoréactive.


L’AGD se distingue nettement du point de vue neuropathologique de la maladie d’Alzheimer par la faible abondance des dégénérescences neurofibrillaires, correspondant à un stade entorhinal ou limbique débutant (n’excédant pas un score de 1 à 3 sur 6 selon la classification de Braak et Braak), par conséquent insuffisantes pour relier la perte cognitive à une maladie d’Alzheimer, et à la faible abondance des dépôts d’amyloïde b, diffus plutôt que focaux, absents dans 27% des cas 62, 527.


Le profil électrophorétique des protéines Tau présentes dans le cerveau de patients atteints d’AGD a été décrit comme identique à celui de la maladie d’Alzheimer. Des grains argyrophiles ont été plus mis en évidence dans la PSP, la DCB, et la maladie de Pick356, ainsi que dans une synucléinopathie, l’atrophie multisystémique562. Il est récemment apparu que l’AGD, la PSP et la DCB ont des points communs originaux du point de vue neuropathologique et biochimique, par exemple une densité élevée de grains argyrophiles et de lésions neurofibrillaires dans le noyau subthalamique361. Dans ces trois maladies, le profil électrophorétique des protéines Tau serait le même, sous forme d’un doublet, avant déphosphorylation et de trois isoformes comportant quatre répétitions, après déphosphorylation523.


La fréquence de l’haplotype H1/H1 parmi les patients atteints d’AGD serait plus élevée que dans la population générale, mais, contrairement à la PSP et la DCB, une différence significative n’a pas encore été établie 523.

 

 


Accueil Lexique Liens Links Map of site
Plan du site