Neuroleptiques 15/12/08

Voir également Agitation

Médicaments qui calment l'agitation et l'hyperactivité neuromusculaire.
Ils peuvent être à l'origine d'un syndrome parkinsonien iatrogène. Après sevrage, le syndrome disparaît plus ou moins rapidement.
Substances psychotropes utilisées lors de manifestations psychotiques. Delay et Denicker ont défini en 1957 leur action en 5 critères psychophysiologiques:
-création d'un état d'indifférence psychomotrice
-efficacité sur l'excitation et l'agitation
-réduction progressive des troubles psychotiques aigus et chroniques
-apparition de syndromes extra-pyramidaux et végétatifs
-effets dominants sur les structures cérébrales sous-corticales
Ils sont contre-indiqués lors de maladies neurodégénératives.

Traitement des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence: l'alternative aux neuroleptiques, une obligation

Florence Lebert CENTRE MEDICAL DES MONTS DE FLANDRES - BAILLEUL

Depuis la méta-analyse de Lon Schneider en 1990, les neuroleptiques sont connus pour leur faible efficacité et la fréquence élevée de leurs effets indésirables lors de démence. Depuis, l'intolérance aux neuroleptiques avec des risques mortels lors de démence à corps de Lewy a été mis en évidence. Et récemment, McShane et al (1995) ont montré l'existence d'une accélération du déclin cognitif lors de maladie d'Alzheimer avec l'utilisation de neuroleptiques indépendamment de la présence de corps de Lewy. Si les patients Alzheimer ont une grande sensibilité cognitive aux neuroleptiques, elle existe également au niveau extrapyamidal comparativement à des patients déprimés de même 'âge (Sweet et al, 1996). D'autres effets secondaires des neuroleptiques ne sont pas à négliger (Tableau). L’alternative thérapeutique s’impose. En traitement de fond, 4 classes peuvent être indiquées:

-Les agents sérotoninergiques, comme les inhibiteurs de la recapture ou la trazodone avec ses multiples modes d'action, lors de troubles de l'émotion, d'anxiété, d'instabilité psychomotrice, d'irritabilité

-Les thymorégulateurs dans les manifestations d'aggresivité

-Les antipsychotiques non neuroleptiques, indiqués exclusivement lors de manifestations psychotiques et pour qui le faible recul dans leur utilisation ne permet d'exclure des effets parfois similaires aux neuroleptiques classiques

-Les anticholinestérasiques n'ayant pas qu'une action cognitive mais aussi une efficacité sur l'apathie et peut être les hallucinations bien que n'ayant pas l'AMM dans cette indication.

Les autres psychotropes (carbamates, benzodiazépines, antihistaminiques) sont plus des médicaments de l'aide ponctuelle, bien que pouvant être nécessaires pendant quelques semaines.

Rappelons enfin qu'il ne faut pas confondre troubles du comportement au cours d'un état démentiel le plus souvent expliqués par une maladie somatique ignorée et dont le seul traitement est le traitement de la cause, et symptômes de l'état démentiel justifiant des psychotropes au long cours.

Tableau. Les DIX "CO", 10 arguments contre l’utilisation des neuroleptiques lors de démence.  

CHOlinergie: l'action anticholinergique est contraire à une maladie ayant un déficit expliquant en partie les troubles mnésiques

AntiCHOlinestérasiques: associer des neuroleptiques aux thérapeutiques de la maladie d'Alzheimer est prescrire dote et antidote
COrps de Lewy, souvent associés à certaines lésions Alzheimer, ils contre-indiquent formellement les neuroleptiques
COgnitif, les neuroleptiques sont responsables d'une accélération du déclin cognitif lors de maladie d'Alzheimer

COnfusion, les neuroleptiques sont connus pour leurs effets confusiogènes

Sous COrtical: les effets extrapyramidaux sont particulièrement marqués lors de démences
COeur et syndrome dysautonomique, les malades déments présentent souvent un syndrome dysautonomique pouvant contribuer aux chûtes qui pourra être aggravé par les neuroleptiques
COnstipation, inutile de l'accentuer!
COmorbidité, l'âge des patients rend fréquente la pluripathologie et les autres raisons de ne pas utiliser des traitements aux nombreux effets secondaires

COnjoint, si les conjoints souhaitent observer une certaine sér'nit' de leur patient, ils ne supportent pas la passivit', l'indiff'rence affective, les 'loignant encore un peu plus de leur proche.