Accueil
 Autres maladies
  Journal ADNA
Lexique 
Historique
Emil Redlich, 23/06/06
 
1898

Sur la sclérose miliaire de l'écorce cérébrale dans l'atrophie sénile. Jahrbucher f. Psych., 1898, p207

Redlich, E. (1898). Ueber miliare sklerose der Hirnrinde bei seniler Atrophie [Miliary sclerosis of the cerebral cortex in senile atrophy]. Jahrbucher F Psych u Neurol, 17, 208-216.

 

(De la clinique psychiatrique du Prof. von Wagner)

De la sclérose miliaire du cortex cérébral dans l’atrophie senile 1

(1 selon une démonstration au sein d’une réunion  de l’association de psychiatrie et neurologie à Vienne le 19/04/1898)

HDR Dr. Emil Redlich, assistant clinique

Description de la patiente (Attention ! La patiente présentait aussi un an avant sa mort des états épileptiformes avec tressaillements cloniques suivies d’amnésie  mais sans paralysie). La patiente est décédée d’une bronchite.

 

Résumé de l'article selon Léri 1906

 

"L'écorce cérébrale, dit-il, apparaît parsemée de plaques intensément colorées (par le carmin), dont la taille varie de la grosseur d'une cellule ganglionnaire à 4 ou 6 fois plus.

"Ces places épaissies sont rares dans la couche moléculaire, elles sont au contraire abondantes dans la couche des petites cellules pyramidales. Il s'en trouve un assez grand nombre dans la couche des grandes pyramidales, elles deviennent de nouveau plus rares dans les parties profondes de l'écorce et disparaissent enfin au voisinage de la substance blanche.

"De forts grossissements montrent en ces endroits d'autres détails histologiques qui changent dans les diverses plaques. Les plus grandes plaques ont une texture plus homogène, légèrement granuleuse, leur périphérie présentant encore un réseau fibrilaire, qui sert de terme de transition avec la névroglie environnante.

" Au centre d'une telle plaque on voit encore quelquefois le reste d'un noyau ou un petit bloc pigmentaire. De plus petites plaques se montrent le plus souvent comme un tresse très épaisse de très fines fibrilles, rappelant l'aspect d'un flocon d'ouate, alors qu'au centre on voit encore souvent nettement un noyau.

"..... A d'autres endroits des plaques épaisses ont une texture grossièrement granuleuse, formée de petits grains intensément colorés entre lesquels se trouvent de petits trous ; au centre se trouve encore quelquefois un petit bloc de protoplasma, coloré avec une remarquable intensité, et contenant un peu de pigment.

"... Au centre d'une des plaques décrites peut aussi se trouver la coupe d'un capillaire. "

 

Fig1: Dans les coupes de la région frontale ou du premier gyrus temporal coloré au  carmin, on observe que le cortex est semé de plaques colorées intensément, dont la taille varie de 1 à 4 à 6 fois la taille par rapport à une cellule de  ganglion.

 

Fig.2 Observation d’autres détails histologiques à fort grossissement présentant, en particulier de grosses variations. Par exemple, les plaques les plus grosses présentent une structure homogène, légèrement granitique, alors qu’à la périphérie, on peut détecter un feutre de fibres, qui forme une douce transition avec la substance gliale ambiante.

 


Livres
 English flag